Le chantage sexuel sévit sur Internet. Un Néerlandais a été convoqué au Tribunal en Amsterdam pour sextorsion sur de jeunes adolescentes. De l’accusé, on ne connaît que le prénom : Aydin C. Quelles sont les circonstances de cette affaire ?

La sextorsion

Ce nouveau terme décrit le fait de faire chanter une personne sur internet en rusant pour obtenir des photographies ou des vidéos pornographiques de la victime soit pour en faire commerce soit pour d’autres profits. Ce chantage à la webcam constitue un délit réprimé en France depuis 2014, par la création de l’article 222-33-2-2 du Code pénal et de l’article 312-1 concernant l’extorsion (l’obtention par la violence ou par menaces des informations secrètes confidentielles ou d’un engagement).

L’accusé

C’est par le biais de Facebook que la Police néerlandaise a pu traquer le prédateur sexuel, qui s’est fait interpeler en 2014. Plus de 3 ans après, son procès s’est enfin ouvert et a fait polémique. L’accusé, resté muet durant tout le procès, nie en bloc toutes les accusations du Tribunal. Il est accusé d’avoir harcelé des dizaines de jeunes adolescentes vivant aux Pays-Bas, en Norvège, aux États-Unis, au Royaume-Uni et au Canada. Au total, il est l’objet de plus de 70 chefs d’accusation, particulièrement pour chantage, pornographie infantile, fraude et possession de stupéfiants.

Le mode d’opération du prédateur

Le Ministère Public a expliqué que le prévenu prenait l’identité d’une jeune femme pour gagner la confiance d’une trentaine de jeunes filles. Une fois leur confiance acquise, il leur demandait de se dénuder devant une webcam, accumulant ainsi des centaines de vidéos et plus de 2000 photos à caractère pornographique. C’est après l’obtention des fichiers que l’accusé changeait de ton : il menaçait les victimes de divulguer leurs images à leur entourage, sauf si elles lui obéissaient au doigt et à l’œil. Aydin C. a également piégé cinq Australiens. Il s’est construit, à l’occasion, une fausse identité de jeune adolescent, et les aurait menacés par la suite de publier leurs préférences sexuelles.

À la fin de ce procès, qui pourrait s’étendre sur plusieurs années, Aydin C. sera expatrié au Canada, où une autre affaire de sextorsion, très médiatisée, l’a rattrapé. Il s’agit du cas d’Anna Todd, qui s’était suicidée en 2012, à l’âge de 15 ans, après avoir été sexuellement harcelée sur Internet.