La liberté d’expression est le fait de pouvoir manifester ses opinions et ses pensées librement. Elle est considérée comme la base d’une société démocratique. De nos jours, cette liberté qui est un droit essentiel et individuel de l’homme est reconnue par plusieurs nations. Pour savoir l’étendue et les restrictions de ce principe, vous êtes invité à lire ces quelques lignes.

 

La portée de la liberté d’expression

L’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen dispose que : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre à l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi ». En effet, tout individu peut donc exprimer librement ses idées à travers de divers moyens de communication, dont la parole ou l’écrit. Cette liberté est ainsi liée à la liberté des médias, dont la presse et l’internet. La nécessité d’avoir des autorisations préalables à la diffusion a été retirée par la loi du 29 juillet 1881. Aujourd’hui, le net s’avère être alors un outil indispensable pour la garantie de ce principe.

D’un autre côté, ce droit implique les libertés collectives. C’est-à-dire le droit de se manifester et de se réunir librement.

 

 

Les limites de la liberté d’expression

Le vieil adage précise que « la liberté des uns s’arrête où commence celles des autres ». De ce fait, toute liberté a une limite. Sans aucune restriction, elle ne peut réellement être exercée.

Selon l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, le cadre est l’ordre public. Ainsi, toute expression qui perturbe la morale, la sécurité ou encore la paix publique ne peut être mise en œuvre. Les propos injurieux, diffamatoires et portant atteinte à la vie privée d’un individu sont de même prohibés pour le respect de l’honneur et de la considération d’une personne.

De la même façon, il ne faut pas manifester des idées et des opinions qui incitent à la haine raciale ou religieuse.

La presse, le cinéma et l’internet sont aussi soumis à ces règles pour une vie en société harmonieuse.